Ils voudraient

Ils voudraient

 

Elle voudrait bien changer de vie

Sécher ses larmes tous les matins

Partir pour un lointain pays

Pour vivre un autre quotidien

 

Il voudrait bien changer de peau

Pouvoir se dire « Je suis quelqu’un »

Etre important, se sentir beau

Donner envie à ses voisins

 

Pouvoir surtout croquer la vie

Comme un enfant qui ne craint rien

Toujours joueur, jamais puni

Casser les menottes de ses mains

 

Se tenir prêt à  s’en sortir

Tuer l’angoisse de l’être humain

Le meilleur submergeant le pire

Et vivre sans penser à demain

 

REFRAIN

Ils voudraient cesser de se battre

Contre leurs peurs, contre leurs choix

En espérant être enfin forts

Espérant vaincre leurs émois

Pouvoir faire taire tous ces reproches

Qui font du mal, qu’on n’oublie pas

Pouvoir enfin fermer la porte

A ces angoisses au fond de soi

 

Elle rêve de combler ses envies

Avoir de l’or au bout des doigts

Ne plus chercher les premiers prix

Ni redouter les fins de mois

 

Il tient à travailler pour lui

Pas pour cet homme qu’il connaît pas

En craignant qu’on le remercie

Lui demandant « ne reviens pas »

 

 

 

Pouvoir enfin s’épanouir

Ne plus jamais en v’nir aux mains

Pouvoir surtout enfin offrir

Un grand souv’nir à son gamin

 

Réussir à se divertir

La tête ailleurs et l’esprit sain

Libéré prêt à s’endormir

Oubliant les larmes du matin

 

 

REFRAIN

Ils voudraient cesser de se battre

Contre leurs peurs, contre leurs choix

En espérant être enfin forts

Espérant vaincre leurs émois

Pouvoir faire taire tous ces reproches

Qui font du mal, qu’on n’oublie pas

Pouvoir enfin fermer la porte

A ces angoisses au fond de soi