Disons que j’ai pu rencontrer le public, et ça c’est un cadeau.

Publié le par chauve-stephane

Disons que j’ai pu rencontrer le public, et ça c’est un cadeau.

Tout prend son origine avec la poésie et le slam. Tu peux nous décrire cette période de ta vie ?

Oui j’ai fait une courte apparition dans l’univers du slam. C’est une des meilleures périodes de ma vie, car d’abord nous nous déplacions en groupe, et j’apprécie vraiment les aventures collectives sans compter que l’ambiance était douce et dingue à la fois !

Ensuite, j’ai l’impression que tout s’enchaine assez vite, si je te dis :

Luca

Mon garçon bon étoile, j’ai du mal à décrire… les mots resteraient une mauvaise traduction de toute façon.

2 008 ?

Run run run !!! On va dire, nouveau métier, nouvelle équipe, beaucoup de choses à comprendre en peu de temps ! Une superbe aventure même si je pense qu’on l’apprécie davantage quand on est préparé. Pour ma part le hasard a été tellement soudain que je ne m’attendais pas trop à ça. C’est un vrai métier, maintenant j’apprends, une sorte de processus à l’envers.

Et puis des rencontres importantes et 2 010 le premier album : « Mes fils d’encre ». Les critiques sont bonnes. On peut dire que c’est le début d’une deuxième vie pour Clara plume ou finalement rien n’a changé ?

Intérieurement ça chamboule pas mal !!! C’est fou que vos propres pensées mises en musique puissent résonner dans le cœur des autres, et qu’elles puissent même accompagner leur vie ! Disons que j’ai pu rencontrer le public, et ça c’est un cadeau. Quand quelqu’un est ému aux larmes car vous venez de chanter, et qu’il vous dit « merci », c’est juste énorme !!!

Sinon dans mon rapport à la vie et aux autres, rien a changé, je m’attache toujours à chaque seconde…

Commenter cet article