"2006 est une année assez formidable parce que l’album sort, tout se passe bien, on fait une belle tournée. "

Publié le par chauve-stephane

Si je te dis que 2006 est véritablement l’année charnière?

 

J’ai signé en 2005 mais l’album est sorti en 2006. Oui, c’est l’année où je suis devenu quelque chose. Parce qu’avant, pendant un an, entre le moment où j’ai signé et le moment où il a fallu faire  l’album, je n’étais plus dans le cinéma et je n’étais pas encore chanteur.  J’étais dans un espèce de No man’s land où je disais : « Non, non ! Je serai chanteur quand l’album sortira et si les gens l’achètent ». J’ai tellement vu de marlous se proclamer chanteur ou réalisateur et puis « t’as fait quoi ? Encore rien ! », tu vois… Moi j’attends de voir si ce que j’ai fait n’est pas une grosse daube et là peut-être que je pourrai dire que je suis chanteur. Finalement, je le dis depuis peu de temps, un an ou deux. Mais j’ai toujours eu du mal à assumer ce statut qui est un peu galvaudé de nos jours. 2006 est une année assez formidable parce que l’album sort, tout se passe bien, on fait une belle tournée. Il y a un vent de nouveauté me concernant. Personne ne me connaît. Du coup, tout le monde s’intéresse à mon cas. C’est vrai que ça reste une belle année dans ma vie.


Et tu as aussi fait de belles rencontres. Y en a-t-il une qui a marqué ton parcours musical ?

 

Pffff, non en fait il n’y en a pas… Après je vais être tenté de te parler de Bashung forcément. Mais en même temps, j’ai travaillé avec deux des Beastie Boys. Et puis je suis parti à l’autre bout du monde pour faire cet album avec eux. Forcément un mois et demi entre Rio et Los Angeles avec Money Mark et Mario Caldato, ben oui, ça change ta vie. Tu es guéri, tu passes un cran, tu gagnes de la confiance, ça c’est sûr. Bashung, ça a été aussi une rencontre de dingue. Il n’y a qu’une chanson, mais c’est déjà ça. Parallèlement, j’écrivais pour Dick Rivers. C’était super important aussi car c’était la première fois que j’écrivais tout un album pour quelqu’un d’autre et c’était la première fois pour lui aussi que quelqu’un lui en écrivait un. Mine de rien, c’était beaucoup de boulot .Ca a été déterminant d’aller à Londres, de diriger tout le monde. J’ai eu aussi la chance de rencontrer Dominique A, de rencontrer des gens qui m’ont marqué gamin, Daniel Darc forcément. Ca a été plus fugace, il n’y a pas eu de travail ensemble. En fait, j’ai eu tellement de mauvaises rencontres, de gens qui m’ont déçu parce qu’encore une fois ce sont des mecs qui font peut-être de bonnes chansons à un moment donné mais qui sont tellement cons dans la vie que moi j’ai du mal à dissocier les deux. Les gens dont je t’ai parlés, ce sont que des gens qui font des putains de chansons et qui sont de putains de bons hommes. Ils sont gentils, humbles et ils n’ont rien à prouver à personne. C’est vrai que toute cette masse de gens a été une source d’inspiration pour mon travail mais aussi pour ma vie : on  peut rester un mec bien, honnête et droit, ne pas se la péter et en même temps essayer de faire un album et de belles carrières. 

 

Commenter cet article