Amiral (1/3)Musicalement, la formule et le son tirent vers la pop... mais le rock n’est jamais très loin de tout cela

Publié le par chauve-stephane

Dans un premier temps, peux-tu déjà nous décrire Amiral. Qui êtes-vous ?  Comment le groupe s’est formé ?

Nous sommes quatre, basés pour faire simple à Toulouse. Jérémy (basse/chœurs), Ludovic (batterie/chœurs), Philippe (guitare/chœurs) et moi (chant/guitare/textes). Le projet a vu le jour dans l’intimité de mon imagination. J’ai écrit un bouquet de chansons et laissé reposer, en y revenant de temps en temps. Puis quand cela a commencé à ressembler à quelque chose qui me plaisait, j’ai joué tout cela à Philippe que je connaissais depuis quelques temps et avec qui j’avais déjà joué auparavant. Les chansons lui plaisant, il y a apporté une nouvelle couleur et trouvé le nom du projet. Au départ, deux guitares et une voix. Puis pas mal de cafés concerts et de petites salles, en duo. 2015 est ainsi passée assez vite. Puis la formule s’est élargie en 2016 et connaît depuis sa géométrie actuelle. Nous avons alors travaillé notre set pour repenser nos chansons en électrique, revisité pas mal d’arrangements, de structures et digéré toute cette nouvelle histoire, tout en poursuivant les concerts. Ces derniers ont d’ailleurs grandement contribué à accélérer le processus. Au regard de tout cela, AMIRAL est finalement une histoire récente d’à peine plus d’un an et demi.

 

Comment définirais-tu votre musique ? C’est plutôt pop ou rock ?

Nous vivons AMIRAL comme un groupe de pop. Ce sont avant tout des chansons où le texte et la voix comptent beaucoup. Musicalement, la formule et le son tirent vers la pop... mais comme le rock n’est jamais très loin de tout cela, et qu’en plus j’ai moi même du mal à définir clairement tout cela, je préfère laisser à chacun le soin de nous glisser dans la case qu’il jugera la plus appropriée à ses repaires musicaux.

 

Comment faites-vous pour élaborer une chanson, vous partez du texte ou plutôt de la musique ?

Je n’ai pas de rituel particulier. Globalement, les deux arrivent ensemble, c’est du moins ainsi que la majorité des chansons pour ce projet ont vu le jour. Une fois la base de la composition guitare / mélodie voix / texte installée en mode artisanal si je puis dire, je la présente à mes camarades. Si elle passe l’épreuve de leurs 3 paires d’oreilles c’est un travail collectif en mode laboratoire qui s’ouvre pour façonner la chanson, tester, repenser, déconstruire… et arriver au résultat final, c’est à dire celui qui nous satisfera pleinement tous les quatre.

 

Qu’est-ce qui t’inspire pour écrire un texte ?

J’observe ce qui se passe autour de moi, à la recherche de détails, d’un autre regard. J’apprécie que le tout reste assez libre d’interprétation et avec plusieurs niveaux de lecture. Je fonctionne à l’ambiance, avec ce que je peux ressentir. J’aime aussi beaucoup me décaler, aller me chercher là où je ne m’attendais pas et me laisser emporter par un texte.

Amiral (1/3)Musicalement, la formule et le son tirent vers la pop... mais le rock n’est jamais très loin de tout cela
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article