J'ai compris que pour rester le plus libre possible, il faut rester un maximum maître de ce qu'on fait.

Publié le par chauve-stephane

Aujourd’hui on qualifie souvent les artistes et leur musique. Toi, tu es plutôt inclassable. C’est pour cela que tu t’autoproduis ?

Le choix de l'autoproduction s'est fait tout naturellement, à partir du moment où j'ai compris que pour rester le plus libre possible, il faut rester un maximum maître de ce qu'on fait, et n'avoir de comptes à rendre à personne. Quant aux étiquettes, elles importent à ceux qui les collent. Moi, ça ne m'a jamais intéressée.

Comment fais-tu pour écrire tes chansons ? Tu poses ta musique sur un texte existant ou tu commences par une mélodie et ensuite tu écris des paroles ?

Ça part le plus souvent d'une phrase, d'un thème, mais j'attends toujours d'avoir ma guitare sous la main pour l'écrire. La mélodie et les paroles s'inventent simultanément.

J’ai lu que tu écrivais par pulsion, tu mets donc peu de temps pour achever des paroles ?

En général, il y a toujours un couplet ou un refrain qui vient d'un coup, de manière très instinctive. Le développement de la chanson vient ensuite, mais il est vrai que j'aime terminer une chanson une fois que j'ai commencé à l'écrire. Ça peut prendre toute une nuit, mais je ne m'arrête pas avant de l'avoir finie.

J'ai compris que pour rester le plus libre possible, il faut rester un maximum maître de ce qu'on fait.

Commenter cet article