Chacun y voit ce qu’il veut, les mots ne sont pas là pour cadrer une émotion, il y a de l’espace au milieu et la personne qui écoute ce texte occupe cet espace comme il a envie.

Publié le par chauve-stephane

Comment élaborez-vous vos chansons ? Pierre, tu écris les textes?

On part de plus en plus d’une compo, du moins d’un rythme, d’un riff de guitare ou clavier, on est plus à l’aise pour écrire quand l’univers sonore est déjà dessiné. Un texte, surtout en français, peut avoir plusieurs écoutes en fonction du background musical. On travaille tous les 2 sur cette texture de départ, on a chacun nos « spécialités » . Sabine va davantage bosser sur les arrangements, la mise en place, les mélodies chant, les structures. Moi je construis les rythmes, le mood de départ, les riffs et j’écris la plupart des textes. On travaille en ping pong, on se renvoie le morceau quand on sent qu’on arrive au bout d’une idée et que l’autre peut avoir cette vision différente qui va permettre de l’enrichir.

Comment trouvez-vous le thème de vos textes ?

On travaille nos textes selon l’humeur du jour. Ecrire ce n’est pas seulement habiller une chanson c’est aussi le moyen de vider son sac, de nommer des sentiments, des angoisses, des moments. Nos textes sont pensés comme une photographie ou un tableau. Chacun y voit ce qu’il veut, les mots ne sont pas là pour cadrer une émotion, il y a de l’espace au milieu et la personne qui écoute ce texte occupe cet espace comme il a envie.

Sur vos chansons, vous chantez la plupart du temps ensemble simultanément. C’est un réel choix artistique ou cela s’est mis en place naturellement sans trop y réfléchir ?

Un moyen de se cacher l’un derrière l’autre au départ ? C’était assez naturel en fait…On ne s’est jamais posé la question de « qui chante quoi ». On prend les parties que lon a envie de défendre, c’est souvent à deux, oui. Cependant on s’essaye de plus en plus à des passages solistes. Parfois j’interviens plus comme un chœur sur le lead de Sabine, et parfois c’est l’inverse. On n’est pas fermé sur une seule conduite en tout cas.

L’électro prend une place importante dans vos compositions. Vous avez toujours travaillé avec ou bien c’est plutôt nouveau pour vous ?

Les titres de Minou naissent avec des machines. On compose rarement en « guitare-voix ». Du coup, plus on avance dans l’écriture et plus il y a des traces de ce côté électronique que l’on garde volontairement puisqu’il appartient à la couleur de la chanson. On a travaillé pour les inclure en live, Sabine n’avait jamais fait de clavier auparavant, on combine la vraie batterie avec des sons de boite à rythme, on a même monté une formule concert en duo où l’on s’accompagne de machines…C’est une nouvelle façon de faire de la musique, c’est à portée de main et c’est une mine d’or pour trouver les arrangements et les rythmes que l’on veut. Ca correspond aussi à notre culture musicale, donc c’était très naturel d’électroniser Minou.

 Chacun y voit ce qu’il veut, les mots ne sont pas là pour cadrer une émotion, il y a de l’espace au milieu et la personne qui écoute ce texte occupe cet espace comme il a envie.
TerrasSession  Bourges 2015
TerrasSession  Bourges 2015
TerrasSession  Bourges 2015
TerrasSession  Bourges 2015
TerrasSession  Bourges 2015

TerrasSession Bourges 2015

Publié dans L'univers pop de Minou

Commenter cet article