"En 2008 on avait fait 15 ans de tournée. La pause était donc nécessaire. "

Publié le par chauve-stephane

On attendait le retour d’Astonvilla depuis 2008. Pourquoi avoir fait une pause si longue ?

Fred : En 2008 on avait fait 15 ans de tournée. La pause était donc nécessaire. On avait fait le tour de la question avec 6 albums au compteur.

Greg: On avait besoin de retrouver l’envie de continuer Astonvilla. On finissait la tournée mais on n’était pas du tout dans la dynamique de faire un album. J’avais l’impression qu’on était devenu un groupe qui faisait des reprises d’Astonvilla. Il fallait s’arrêter un petit peu, le temps de retrouver l’envie.

Fred : C’est carrément ça. Ce n’était pas une fin mais simplement une pause… qui a duré 5 ans.

Et à quel moment on se dit « Ca y est, on est prêt, on repart ! ».

Greg: Quand il n’y a plus d’argent (rires). C’est comme tous les groupes, quand il n’y a plus d’argent, il faut refaire un album.

Fred : Pendant ces 5 ans on a essayé de faire d’autres choses. Il y a eu des compos qui sont restées dans l’ordinateur. Aujourd’hui ces morceaux on peut les retrouver dans notre dernier album « Joy machine ».

Greg: C’étaient de bonnes idées mais comme je te le disais, il fallait de nouveau avoir envie de s’enfermer ensemble. Car malgré tout, pour faire un album, ça prend un an. C’est plutôt agréable mais c’est quand tout ça devient un bouleau de chien qu’il faut arrêter pour attendre le bon moment. Et c’est ce qui s’est passé pour nous.

Fred : On faisait juste notre travail et ça commençait à se ressentir. On avait peur que ça soit perçu par le public. Il était hors de question de ternir notre image en arrivant désabusés sur scène. Et puis on avait fini en beauté avec un Bataclan en décembre 2008 qui était somptueux. On a voulu rester sur cette note.

Greg: On a fait aussi la dernière date à l’Empreinte, un concert de 3h30 avec des invités. C’était très cool !

Fred : On a même été récompensé par la SACEM en 2009 mais il fallait qu’on vive d’autres choses aussi, qu’on se nourrisse.

Greg: Et Fred est passé de l’autre côté de la barrière en devenant manager…

Fred : Pendant ces 5 ans, j’ai développé une structure d’accompagnement d’artistes émergents dans le sud à Marseille. J’ai essayé de leur transmettre mon expérience de la scène. Car c’est un métier et on n’arrive pas les mains dans les poches. J’ai rencontré un tas d’artistes dans les différentes salles et les festivals. J’adore ça car c’est très gratifiant de transmettre. Et j’ai rencontré un OVNI, un groupe que je manage donc aujourd’hui et qui prépare son deuxième album.

"En 2008 on avait fait 15 ans de tournée. La pause était donc nécessaire. "

Commenter cet article