"Il fallait que ce soit mi best of, mi nouvel album."

Publié le par chauve-stephane

Au départ tout a commencé avec ton frère Johan et le groupe Zéro de conduite. Vous avez fait de belles rencontres comme les Clash, U2… Mais comment passe-t-on de Zéro de conduite à Blankass ?

Très simplement. J’étais batteur dans Zéro de conduite mais je chantais une chanson pendant les concerts. Un jour, à Issoudun, il y a une copine qui a trouvé un vieil accordéon dans son grenier. Elle me l’a donné et je me suis mis à le tripatouiller pour faire une ou deux chansons. L’idée de créer un groupe autour de cet instrument est née. Il fallait passer à autre chose. J’ai donc développé Blankass, avec mon frère Johan qui était guitariste dans Zéro de conduite. On a multiplié les concerts dans les bars. Le but n’était vraiment pas de faire un album mais c’était vraiment de s’amuser. Je ne pouvais pas imaginer que Blankass allait durer 25 ans. Et un jour, on s’est dit que ce serait vraiment dommage de ne pas graver toutes nos chansons sur un support. On a donc cherché un label. On a signé en 1995 et l’album est sorti l’année suivante. Mais avant ce premier album, on avait fait au moins 200 concerts dans les bars ou les premières parties.

Vous aviez gagné une notoriété avant de sortir l’album ?

Une petite. Dans le milieu, il y avait des gens qui trouvaient ça pas mal.

25 ans après, vous sortez un double Best of. Apparemment il y avait une demande de votre public.

Oui, c’était leur demande. Souvent à la fin des concerts, on nous demandait s’il existait une compilation de nos titres car personne n’avait les six albums à la maison. L’idée de faire un best of ne nous plaisait pas trop, mais on s’est dit que si on arrivait à en faire quelque chose de vivant avec des nouveaux titres, ce serait une bonne chose. Il fallait que ce soit mi best of, mi nouvel album. On a donc retrouvé des inédits, on a réenregistré la couleur des blés. On a aussi rajouté un duo avec Mike Scott , chanteur des Waterboys, qui n’était jamais sorti. Là, ça devenait quelque chose de vivant et pas une liste de morceaux gravés dans le marbre avec écrit compilation dessus. C’était aussi une manière de fêter les 25 ans du groupe.

Pourquoi du crowdfunding ? C’est un choix ou plutôt une nécessité ?

On a une distribution par At(h)ome et Wagram mais comme on est indépendant il faut faire face à des dépenses comme la promo…

"Il fallait que ce soit mi best of, mi nouvel album."
"Il fallait que ce soit mi best of, mi nouvel album."

Commenter cet article