"Si c’était à refaire, je ne changerais rien, j’essaierais juste d’être plus patiente et de me dire que le temps est mon allié et non un ennemi."

Publié le par chauve-stephane

Les rencontres d’Astaffort organisées par Francis Cabrel. Deuxième tournant ?

C’est vrai que ce fut un tournant. 10 jours de création intense, de remise en question, de rencontres.

Comment as-tu été sélectionnée pour ces rencontres ?

J’ai envoyé une maquette.

Cela reste un beau souvenir ?

Un très beau souvenir, d’autant plus que cette belle aventure s’est conclue par les 1ères parties de Francis Cabrel sur sa tournée « Des roses et des orties ».

J’ai cru comprendre que tu avais été obligée de démissionner pour y participer. C’est ça?

Je travaillais et j’avais demandé 10 jours de vacances qui m’ont été refusés. Je me posais la question depuis longtemps de ne faire que de la musique mais je ne parvenais pas à sauter le pas, là le choix était évident, le train ne passe qu’une fois !

Puis tout s’est enchaîné, avec notamment plusieurs premières parties intéressantes. Quel regard portes-tu sur cette période ? Aujourd’hui si c’était à refaire, tu changerais des choses ?

Cette période était très belle, je venais de sortir mon 1er album autoproduit et je jouais un peu partout en France. Je crois que j’ai eu beaucoup de chance, je fais ce métier pour la scène, alors faire vivre mes chansons devant le public de Francis Cabrel, de Chris Isaak, de Nicolas Peyrac, … était comme un rêve qui devenait réalité. Si c’était à refaire, je ne changerais rien, j’essaierais juste d’être plus patiente et de me dire que le temps est mon allié et non un ennemi.

"Si c’était à refaire, je ne changerais rien, j’essaierais juste d’être plus patiente et de me dire que le temps est mon allié et non un ennemi."

Publié dans "J'ose" avec Auren...

Commenter cet article