"J’aurais pu dédicacer toutes les chansons à ma femme. Depuis que je l’ai rencontrée, mon écriture a changé dans mon rapport au langage et aux mots pour écrire une chanson."

Publié le par chauve-stephane

La chanson « Les persuadés » fait partie de mes préférées. Mais j’ai vu que l’avais dédicacée à Elsa Triolet et à Jacques Ellul. La première je connaissais, c’est une résistante mais pas Jacques Ellul, j’ai dû aller chercher. Alors pourquoi cette dédicace ?

Il se définissait comme un anarchiste protestant. Ca m’a interloqué car je ne voyais pas comment on pouvait associer les deux. J’ai donc lu ses écrits et ça m’a passionné. J’aime beaucoup les idées qu’il a à propos du progrès. Il a aussi beaucoup travaillé sur la notion de bonheur. Cette notion omniprésente dans notre société est finalement assez récente. Quant à Elsa Triolet, j’ai découvert récemment son écriture qui est unique ainsi que la critique qu’elle fait du progrès notamment dans le livre « Roses à crédit ».Voilà pourquoi j’ai associé ces deux personnages à cette chanson qui est une sorte de métaphore religieuse du progrès.

Une autre dédicace a attiré mon attention, celle destinée à ta femme sur la chanson « L’île ». Il y a une raison particulière ?

J’aurais pu dédicacer toutes les chansons à ma femme. Depuis que je l’ai rencontrée, mon écriture a changé dans mon rapport au langage et aux mots pour écrire une chanson. « L’île » parle de quelque chose d’assez intime, c’est pour ça que je l’ai dédicacée à ma femme.

Justement, tu as un autre projet avec elle. C’est un livre qui s’appelle « Les monstres pratiques ». Tu peux nous le décrire un peu ?

J’ai forcé ma femme à écrire ce livre. Elle n’est pas du tout écrivain mais psy pour enfants. Il y a beaucoup d’enfants malades du capitalisme. Elle a cette vision qui me parle beaucoup, comme celle de Jacques Ellul ou Elsa Triolet, qui sort encore du « pour ou du contre ». Elle a écrit ce livre en s’appuyant sur notre entourage mais aussi sur son rapport qu’elle entretient avec les enfants. Je suis plus fier d’avoir édité cet ouvrage que les dix albums que j’ai réalisés jusqu’à présent. Certainement aussi parce que j’aime ma femme…

Pour finir, j’ai vu que Lisa Portelli avait fait les chœurs dans la chanson « L’autre ». C’est une bonne surprise car j’ai pu m’entretenir avec elle l’année dernière. Comment a-t-elle participé à ton album ?

Je l’écoute depuis longtemps. On avait fait une date ensemble lorsqu’elle débutait tout juste. J’avais trouvé qu’elle avait quelque chose d’assez envoutant. On s’est ensuite croisé souvent car on avait le même tourneur et le même batteur. Ce morceau « L’autre » aborde les thèmes de la croyance et de la religion. J’avais déjà abordé ces thèmes au cours de discussions avec Lisa.Je me suis donc dis que s’il y avait quelqu’un qui devait faire les chœurs dessus ce serait elle.

En parlant de scène, tu as des dates importantes à nous communiquer ?

La date principale c’est le 16 mai au café de la danse à Paris. Sinon, je chanterai le 24 mai à Tulle ; le 7 juin à Château Renard ; le 28 juin à la Ferté sous Jouarre, le 19 juillet à Blanzat…

Merci Batlik pour ce bon moment passé en ta compagnie et à bientôt dans une salle de concerts j’espère…

"J’aurais pu dédicacer toutes les chansons à ma femme. Depuis que je l’ai rencontrée, mon écriture a changé dans mon rapport au langage et aux mots pour écrire une chanson."
"J’aurais pu dédicacer toutes les chansons à ma femme. Depuis que je l’ai rencontrée, mon écriture a changé dans mon rapport au langage et aux mots pour écrire une chanson."

Commenter cet article