"En abordant ces mauvais sentiments, je me suis rendu compte que c’était beaucoup plus naturel, j’aurais même pu faire un triple album."

Publié le par chauve-stephane

Ton album sorti début mars s’appelle « Les mauvais sentiments ». Il porte bien son nom. Il est présenté comme l’exploration de l’Humain et de sa relation à l’autre. Tu es d’accord avec cette description ?

Je pense que dès que tu écris tu es en rapport à l’autre.

Oui mais toi tu as mis en avant les mauvais côtés de l’Humain.

J’ai fait beaucoup de disques avec un répertoire de bons sentiments. Dans la chanson particulièrement, il y a un lexique disponible avec des mots comme tolérance, partage… J’ai essayé d’en prendre le contre pied en traitant ce qu’il y avait de sale, de répugnant, d’abject et de gênant. En définitif, en écrivant, j’avais l’impression de m’approcher d’une sorte d’évidence. Pendant longtemps j’ai écrit de manière compliquée en essayant d’aborder des sujets avec ce vocabulaire « mis à disposition », en piochant dans ces mots que l’on entend souvent . Mais en abordant ces mauvais sentiments, je me suis rendu compte que c’était beaucoup plus naturel, j’aurais même pu faire un triple album.

Tu critiques l’effet de masse et j’ai lu que tu n’aimais pas qu’on te demande de prendre partie. Tu n’adhères pas au « pour ou contre »… Pourquoi cette troisième voie ?

Oui c’est avoir une tierce vision. Ma femme a sorti un livre en même temps que cet album dans lequel elle essaye de présenter autre chose que le sacrosaint pour et contre. Ca existe mais il faut chercher. Quelque soit les sujets, il faut toujours se positionner dans notre société par rapport au pour ou au contre , au bien ou au mal , à la droite ou à la gauche… C’est une fausse liberté. On a l’impression d’avoir le choix mais on nous propose que deux alternatives… ce n’est pas vraiment un choix. Et c’est compliqué de s’extraire de ça. Il y a des gens qui arrivent à le faire mais ils se raréfient.

C’est un peu ce que tu as voulu retranscrire dans « Mademoiselle », non ?

Oui par exemple. Il s’agissait d’être pour ou contre le mariage pour tous. Cette chanson démonte ce rapport en montrant qu’il est facile de passer du contre au pour et de montrer que ces deux choses là sont intimement liées. Ca participe en tout cas au même effort d’être soit pour soit contre.

"En abordant ces mauvais sentiments, je me suis rendu compte que c’était beaucoup plus naturel, j’aurais même pu faire un triple album."
"En abordant ces mauvais sentiments, je me suis rendu compte que c’était beaucoup plus naturel, j’aurais même pu faire un triple album."

Commenter cet article