"C’est très agréable de jouer pour un public qui n’est pas forcément le mien."

Publié le par chauve-stephane

Et tu arrives à tout concilier ?

Oui bien sûr ! Je viens de signer avec un tourneur qui a pris le package Joseph d’Anvers, Dead boys et mon ciné-concert pour enfants. Cumulés, je dois avoir au moins dix projets différents en même temps. Ce n’est pas le même exercice à chaque fois, donc c’est plutôt complémentaire. Mais des fois c’est vrai que quand tout tombe d’un coup, je pète un câble ! Et là, je ferme la porte et je vais au cinoche !

Et tu vas tourner aussi avec ton spectacle pour enfants ?

Oui, il y a des dates prévues. C’est un créneau assez porteur. J’ai fait ce spectacle sans avoir de références.

Ca porte sur quoi ?

C’est le Forum des images à Paris qui m’avait commandé ça. Ce sont quatre courts métrages des pays de l’Est que je dois mettre en musique. J’ai décidé de faire un concert pour les parents des enfants en me disant ça plaira peut-être aussi aux enfants… et ça a été le cas. Dès la première représentation il y a eu plus de neuf cents personnes, deux salles presque combles, on était en surréservation. Et ça a plu. Il y a eu de bons échos. J’ai fait pas mal de festivals et je commence à avoir des dates. Comme Dead Boys c’est un spectacle que je peux jouer presque du jour au lendemain. C’est très agréable de jouer pour un public qui n’est pas forcément le mien. Et là je tournais un peu en rond, et il y a des dates Dead Boys qui sont tombées : ça me permet de faire autre chose et quand je reviens, j’écris des chansons. Tout ça est lié.

"C’est très agréable de jouer pour un public qui n’est pas forcément le mien."

Commenter cet article