"C’est mon projet, si moi je ne suis pas à fond dedans, personne ne le fera à ma place."

Publié le par chauve-stephane

En parlant de tes chansons, on avait abordé ton futur album et tu m’avais dit qu’il était prévu pour fin 2013 puis début 2014 et maintenant il est prévu pour fin 2014…

Oui ce sont les aléas de la musique…

J’ai vu que tu ne travaillais plus avec Atmosphériques. C’est ton choix ?

Ca s’est fait d’un commun accord. Moi je voulais partir. Eux n’étaient pas forcément prêts à produire l’album dans les conditions que je voulais, c’est dur pour les maisons de disques en ce moment. J’étais arrivé à un moment de ma vie où je me séparais de la personne qui m’avait aidé à monter Dead boys. Donc première rupture. Puis rupture du tendon d’Achille : deuxième rupture. Et rupture avec la maison de disques. Je me suis dit c’est le moment. Du coup, on a mené ça de front avec ma manageuse et puis on est arrivé à avoir un accord à l’amiable. Mais tout ça a pris quatre ou cinq mois.

Et du coup, tu n’es pas reparti sur un autre label. Tu t’autoproduis car j’ai vu que tu figurais sur la plateforme Kisskissbankbank. C’est un choix ?

Oui c’est un choix. Car le problème, c’est que si tu repars sur un label en tant qu’artiste, tu entres dans les mêmes méandres. Et puis, s’il faut que j’attende six mois de pourparlers … Ma manageuse m’a dit : « écoute, tu as déjà trois albums, tu as déjà une base de fans suffisante et les gens du milieu t’aiment plutôt bien donc on va se servir de tout ça et on va monter l’album nous même ».

J’ai l’impression que ça se fait de plus en plus.

Et oui. Du coup tu fonctionnes sur une économie qui est moindre. Tu n’as pas les mêmes budgets que lorsque tu es sur un label. Mais après, chaque denier de chaque disque vendu te revient. Tu es dans une économie où tu as besoin d’en vendre moins et en même temps ton projet, tu le mènes de A à Z comme tu l’entends. Ca demande un investissement personnel considérable. Mais c’est mon projet, si moi je ne suis pas à fond dedans, personne ne le fera à ma place. Et puis dans une maison de disques, tu as beau leur demander d’être à fond, ils le sont forcément par nature moins que toi. Ce n’est pas leur projet, ils en font dix par an. L’idée est de finir cet album, d’aller signer une licence chez un label pour que lui puisse le mettre en place dans les magasins et en faire la promotion. On a quand même besoin d’un label à un moment donné ou alors tu es un gros artiste (que je ne suis pas) et tu peux totalement t’en passer.

"C’est mon projet, si moi je ne suis pas à fond dedans, personne ne le fera à ma place."

Commenter cet article