Interview de mars 2014:"Non, je ne m’engage pas dans un texte tant que je n’ai pas la musique."

Publié le par chauve-stephane

Alors toi justement comment fais-tu pour construire tes chansons ? Tu pars du texte ?

Non, je ne m’engage pas dans un texte tant que je n’ai pas la musique. Par contre, ça m’arrive assez souvent d’avoir la musique mais de ne pas avoir trouvé encore la solution pour le texte. Mais ce n’est pas bon signe, si j’ai une musique que j’aime beaucoup mais qui reste sans texte pendant longtemps. Je devrais apprendre à oser laisser mes musiques à d’autres auteurs. Je ne l’ai jamais fait car finalement ce qui m’a rendu célèbre ce sont plutôt mes textes. Mais ce qui me rassure, c’est que même les très grands de la chanson française rencontrent le même problème. Francis Cabrel me disait que sur le Soldat rose, il est allé très vite parce qu’il n’avait pas les paroles à faire. Mais c’est plus difficile pour un album, car à partir du moment où tu réfléchis à ce que t’écris et que tu veux de la qualité, cela prend du temps.

C’est donc plus facile pour toi de faire la musique que de faire le texte.

Ah oui, toujours.

Alors écrire un texte humoristique, c’est encore plus difficile…

J’ai vraiment eu à le faire à l’époque de Oldelaf et Monsieur D et pour Europe1 ; Maintenant, dans Oldelaf, j’ai une grande liberté. Si j’ai une chanson drôle tant mieux si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave. J’ai plus cette pression là. J’ai aussi le droit d’avoir une chanson drôle que sur la chute comme dans La belle histoire. Ce qui n’était pas le cas sur europe1 où là il fallait faire rire sur la durée. Et là, il faut que tu réfléchisses presque plus sur la forme que sur le fond. Donc j’ai des chansons comme la peine de mort où les gens se marrent à chaque phrase et j’en ai d’autres comme Bérénice, que j’adore, car les gens ne savent pas où tu les emmènes. Le public peut se dire, si le gars chante ça sérieusement, il est grotesque. Et puis ça part en vrille total. Et ça ça me plait.

Interview de mars 2014:"Non, je ne m’engage pas dans un texte tant que je n’ai pas la musique."

Publié dans L'effet Oldelaf!

Commenter cet article