"Notre musique c’est une extension de nous avec nos qualités, nos défauts, nos humeurs, et notre énergie."

Publié le par chauve-stephane

Sur votre page facebook, vous expliquez que vous poursuivez vos concerts festifs entre la France et le Québec. Vous présentez aussi votre clip de « Duras Durex » comme un clip franco-québécois. Pourquoi le Québec ? Raisons de cœur ou professionnelles ?

J’ai toujours été attirée par le Québec. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Pour notre musique c’est pratique car la majorité de la population est francophone. La première fois, on est parti pour l’aventure. On avait un ami qui était guide aventure pour aller voir les baleines en kayak. Maintenant, on a plein de copains là-bas, beaucoup sont musiciens…. Et c’est toujours un plaisir d’aller y jouer.

Comment vous répartissez-vous les rôles pour créer une chanson ? Vous partez d’abord des paroles ou de la musique ? Comment trouvez-vous des thèmes ? Qu’est-ce qui vous inspire ?

Avant j’avais mes petites méthodes. C’était : musique puis mélodie puis paroles. Depuis Tabarnak, j’expérimente avec plus ou moins de résultats toutes les manières de faire. C’est moi qui écris les paroles et pour les musiques, c’est Guillaume et moi.

Comment caractériser votre musique ?

Notre musique c’est une extension de nous avec nos qualités, nos défauts, nos humeurs, et notre énergie. C’est un peu « broche à foin » comme on dit au Québec. Ca veut parfois suivre le temps, parfois ça va à l’inverse, ça se cherche, ça se trouve, ça se perd, ça s’amuse, ça se fait mal, ça veut arrêter et ça repart. Tout ça avec guitare, basse, grosse caisse, percussions et instruments additionnels.

"Notre musique c’est une extension de nous avec nos qualités, nos défauts, nos humeurs, et notre énergie."

Commenter cet article