je me suis dit « cocotte, si c’est un projet solo tu dois être capable de jouer seule ! »

Publié le par chauve-stephane

Mais tu ne trouves pas ça plus intimidant de jouer toute seule comme ce soir ? Tu jouais dans un groupe avant et tu sais bien que dans un groupe la pression tu la partages, quand tu ne vas pas bien il y en a toujours un qui te glisse un mot…

En fait c’est plus dur à plusieurs niveaux.

Déjà c’est plus dur sur scène. C’est quelque chose que je n’avais jamais fait effectivement avant de devenir Odyl. Et puis quand j’ai monté mon projet solo, même si sur l’album c’était produit avec des compositeurs, des arrangeurs et une prod, c’est vrai que je me suis dit « cocotte, si c’est un projet solo tu dois être capable de jouer seule ! ». Je me suis un peu bougée. Je me suis découvert une passion pour ça : c’est effrayant mais ça apporte énormément. Quand tu es toute seule sur scène devant énormément de monde, quand ça se passe bien, tu prends beaucoup beaucoup d’amour dans la gueule. Par contre c’est vrai que musicalement, ça ne te laisse pas le choix. Si tu te tu plantes, tu dois réagir toute seule. Justement, ça m’a entrainée à avoir une aisance scénique et à discuter avec le public pour créer un échange et pour que je me sente moins seule.

Mais le côté le plus difficile reste la route. Quand tu fais de la musique, tu aimes bien le côté échange, le côté groupe où tu rigoles dans le camion. Il y a une ambiance. C’est vrai que ça manque. Depuis cet été je ne fais que des concerts toute seule. On est deux sur la route et ce n’est pas du tout pareil. Il n’y a pas le côté rock n’roll : on met la musique à fond, on se marre… ça manque un peu.

Et puis quand tu as l’impression d’avoir foiré ton concert, que le public n’a pas réagi ou que les pros qui étaient là n’ont pas aimé, c’est toi qui prend tout à 100 pour 100 dans la tête et c’est toi qui n’a pas assuré.

Tu as d’autres dates après ce concert ?

Demain je joue avec Anouk Aiata. Après j’ai 2 dates parisiennes en novembre et en décembre. J’en ai une autre en janvier aussi, car j’avais fait le festival génération réservoir et j’ai accédé à la deuxième étape pour rejouer au réservoir à Paris en janvier. Et puis, je suis en train de m’occuper du booking des concerts de 2014. La fin de l’année était volontairement un peu plus calme. On a bossé sur l’EP. C’est pour ça qu’on a programmé des concerts pour accompagner sa sortie. Et là, on va se concentrer sur la sortie de l’album. Je pense qu’en décembre et en janvier, il ne va pas y avoir trop trop de concerts. Et les dates suivantes sont programmées pour mars-avril surtout.

je me suis dit « cocotte, si c’est un projet solo tu dois être capable de jouer seule ! »

Commenter cet article