"Alors oui on a fait de belles choses sur cet EP. On a fait des ventes très correctes."

Publié le par chauve-stephane

Ton EP est sorti avant l’album. Tu as maintenant un peu de recul depuis sa sortie fin septembre. Alors qu’est-ce qu’il t’a apporté ?Honnêtement, on aurait aimé que ça aille plus loin. C’est normal, on a toujours l’espoir que ça va cartonner, que ça va être génial. Mais on est dans une période super dur pour la musique, encore plus pour la musique en français et encore plus pour le rock en français. J’ai de la chance d’avoir un attaché de presse qui est très bien connecté dans le métier et qui a eu un coup de cœur sur le single. Il est malheureux de voir que pour ses artistes en anglais, un peu électro, il a les portes ouvertes : ça rentre en playlist partout. Et tout ce qui est français, c’est horrible. On a eu de la chance d’avoir des belles choses. On a eu le Lab Virgin radio. On a fait des émissions mais le problème c’est qu’on est à une époque où si tu ne passes pas en radio, tu as beaucoup de mal à faire tout le reste. Ce que je veux, je te dis la vérité, c’est de faire des concerts. Le problème, c’est que tout le monde se renvoie la balle. Les programmateurs de concerts te disent quand tu les appelles : « Ton album il sort quand ? Un EP ça ne suffit pas, il faut un album. » Pour moi, ça me paraît dépassé parce qu’aujourd’hui personne n’achète d’album. C’est comme ça. Deuxièmement, « Mais ça passe où ? Sur quelle radio ? Sur quel média ?... » C’est pour ça que tu dis, bon ben voilà, faut qu’on sorte un album. En plus il faut qu’il soit distribué sinon tu n’as pas le droit aux subventions et aux aides. Je trouve ça d’un autre siècle parce que maintenant le plus gros se fait sur internet. Du coup, tu es obligé de courir après une maison de disques pour qu’elle distribue ton album. Même si moi ce n’est plus mon but d’avoir un contrat d’artiste comme j’ai eu à une époque chez Sony parce que je ne veux plus être pieds et mains liés. En tout cas, je suis obligée de distribuer mon album mais il n’y a pas énormément de distrib’ en France à l’heure actuelle. La plupart ce sont les majors. C’est ce que j’explique sur les réseaux sociaux. Alors oui on a fait de belles choses sur cet EP. On a fait des ventes très correctes. Mais cela n’a pas suffit pour convaincre des professionnels. Et du coup, je suis un peu dans une période compliquée.

"Alors oui on a fait de belles choses sur cet EP. On a fait des ventes très correctes."

Commenter cet article