" La petite grosse timide devenait quelqu’un d'autre en chantant, et c'était clairement ma vie. C’était l'occasion de chanter les mots que j'écrivais depuis si longtemps."

Publié le par chauve-stephane

J’ai lu qu’Odyl était un surnom donné par tes amis et en même temps cela signifie Over Dose Your Life. Alors pourquoi t’appeler comme ça ? Quelle signification se cache derrière ce pseudo ?

C'est parti d'une blague entre potes effectivement, on avait tous nos surnoms, moi c'était Odyl. Tout le monde m'appelait comme ça, donc quand j'ai cherché mon nom d'artiste solo, ça a été assez évident. Ensuite j'en ai fait un slogan, qui correspond bien à ma vie, à ma manière de vivre: faire les choses à fond. Vivre à en mourir.

J’ai lu encore, que ta rencontre avec la musique était plus particulièrement une rencontre avec Nirvana ? Plein de gens (et moi le premier) ont adoré Nirvana mais toutes ces personnes ne font pas de la musique aujourd’hui. Qu’est-ce qui t’a vraiment poussé à faire de la musique, à écrire des chansons pour les chanter devant les autres ? Et comment t’y es tu prise ?

En fait, j'ai surtout commencé par écrire, des textes, plein de textes, puis c'est devenu plutôt des espèces de longs poèmes. Et puis effectivement à 12 ans j'ai vu mon frère pleurer la mort de Kurt Cobain. Moi même j'en ai pleuré sans même trop comprendre pourquoi. J’ai volé les cd de mon frère, et j'ai découvert le rock, la rage, la sueur, l'adolescence que représentera éternellement Kurt Cobain.

Ca m'a donné envie, j'ai gratouillé la guitare de mon frère, mais j'étais nulle en musique, chanter j'en parle même pas, c'était hors de question. J’étais une ado complexée, grosse, pleine de boutons. Gamine je rêvais d'être comédienne, mais devenue ado, j'étais trop mal dans ma peau pour envisager me retrouver devant des gens.

J’ai eu un deuxième déclic. Cette fois ci c'était Courtney love, car elle était le penchant vivant du grunge. Elle répondait à la mort de Kurt Cobain par la vie. Elle était grande gueule, mais surtout, elle m'a donné envie d'être une femme, de m'assumer en temps que femme, elle avait des mots et des maux de femme, ca m'a fait du bien. J’ai pris ma guitare à ce moment là, avec des copines, on a formé un groupe quelque part entre Hole et L7. Je ne chantais pas, je jouais mal de la guitare, mais ca m'a plu. Je faisais des chœurs, j'écrivais des textes. Donc petit a petit je me suis mise au chant, aux cris surtout. J’ai compris que j'avais besoin de ça, que c'était vital. La petite grosse timide devenait quelqu’un d'autre en chantant, et c'était clairement ma vie. C’était l'occasion de chanter les mots que j'écrivais depuis si longtemps.

Alors j'ai monté mon propre groupe, qui a existé 8 ans et demi, iLiS.

" La petite grosse timide devenait quelqu’un d'autre en chantant, et c'était clairement ma vie. C’était l'occasion de chanter les mots que j'écrivais depuis si longtemps."
" La petite grosse timide devenait quelqu’un d'autre en chantant, et c'était clairement ma vie. C’était l'occasion de chanter les mots que j'écrivais depuis si longtemps."

Publié dans La sincérité d'Odyl

Commenter cet article